Visitas

Seguidores

martes, 8 de mayo de 2012

Traducción (V): Alfred de Musset / versión propia


video
Rimsky-Korsakov: Sadko


A Víctor Hugo


             Preciso es que probemos muchas cosas
       si queremos saber cuál preferimos:
       el cielo, el mar, mujeres, rosas, triunfos.
                           
       Imposible es no ajar flores nacientes, 
       no sufrir, no decirle adiós a todo.
                           
       El corazón presiente que envejece;
       y de todas las dichas que abrazamos
       solamente perdura la amistad.
                           
       Cuando hallamos de nuevo al buen amigo
       sabemos que el ayer ha regresado.






À M.V.H.

    Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,
    Pour savoir, après tout, ce qu’on aime le mieux,
    Les bonbons, l’Océan, le jeu, l’azur des cieux,
    Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses. 

    Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ; 
    Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d’adieux. 
    Puis le cœur s’aperçoit qu’il est devenu vieux, 
    Et l’effet qui s’en va nous découvre les causes. 
      
    De ces biens passagers que l’on goûte à demi, 
    Le meilleur qui nous reste est un ancien ami. 
    On se brouille, on se fuit. — Qu’un hasard nous rassemble, 
      
    On s’approche, on sourit, la main touche la main, 
    Et nous nous souvenons que nous marchions ensemble, 
    Que l’âme est immortelle, et qu’hier c’est demain. 



26 avril 1843


 Aquiles y Patroclo


Picasso: Amistad